Tendre est la nuit : un roman de Scott Fitzgerald

23 mai 2018

Largement autobiographique, Tendre est la nuit est un ouvrage très romantique qui dévoile les sentiments et la décomposition d’un être fait pour être aimé. Ne connaissant aucun succès lors de sa parution en 1934, cette œuvre du fameux écrivain américain Francis Scott Fitzgerald ne figure plus sur les étalages des librairies à sa mort.

Tendre est la nuit : un roman de Scott Fitzgerald

Tendre est la nuit, une œuvre littéraire autobiographique

Lors de la réalisation de ce livre, l’écrivain s’est inspiré de plusieurs choses dont notamment les années où il a vécu sur la Côte d’Azur et la schizophrénie de sa femme Zelda. À travers l’ouvrage, il mêle à la fois le clinquant et l’intime et par la même occasion, fait allusion à la volonté de fuir à l’éphémère qui obsède ses personnages. Par ailleurs, cette œuvre littéraire révèle le mal vivre d’une génération entière, mais encore les besoins sans fins des êtres humains dans ce monde où toute transcendance a quitté.

Les héros de ce roman laissent pressentir aux lecteurs dès le début du récit une fêlure qui laisse présager la chute. Ainsi, le roman ne décrit pas vraiment une nuit tendre pour les personnages car celle-ci ne fut que très brève dans le livre. Cet ouvrage décrit également l’évolution qui est implacable, orchestrée par un récit qui a été construit de façon impeccable et efficace. En effet, les textes qui le composent délivrent aux lecteurs plusieurs points de vue, à savoir l’alternance motivée par la présence successive des protagonistes au devant de la scène.

Que raconte le roman ?

Ce roman autobiographique du couple légendaire de l’écrivain américain est également défini comme étant un paradigme de la quête qui échoue et une chronique d’une génération d’expatriés perdues. Le livre raconte en général dans ses lignes la Côte d’Azur et la Suisse, en passant par le cadre d’une évocation nostalgique du passé. Aussi, les personnages qui forment le récit semblent être à peine plus que des fantômes. L’auteur met également en scène des tourbillons de personnages pathétiques, fascinants, fragiles et arrogants, dans divers lieux dits de transition, tels que des cliniques, des hôtels, des gares, etc. Par la même occasion, il précise qu’un être humain est voué à demeurer mortel et est incapable de prolonger à l’infini le chant divin du rossignol de l’ode de Keats, qui est une épigraphe au roman.

À travers le livre, le lecteur peut également vivre dans un environnement où règne plusieurs endroits idylliques tels que la plage et les hôtels dans les années 30. Le récit est en effet un reflet d’une image en noir et blanc du livre qui raconte une jeune starlette chaperonnée par sa mère. Faisant effet à première vue sur une bande de jeunes américains, qui n’est autre que Diver, Nicole et Dick, la jeunette dénommée Rosemary tombe éperdument de l’un d’eux, plus précisément de Dick. Elle se confie alors à sa mère, qui la pousse à franchir le pas et à vivre l’aventure. Aussi, elle n’hésite pas à dévoiler ses sentiments à Dick.

Ainsi dans Tendre est la nuit, soirées et champagne se succèdent et finissent ensuite par un véritable duel où virée à Paris et fréquentation des meilleurs bars et boutiques de luxe pour le shopping sont au programme. Les bagarres sont également au rendez-vous. Bref, tout serait parfait si le couple Diver n’avait pas de problème d’intimité. Ce dernier avait aussi conduit Nicole à une maladie mentale et une sorte d’obsession pour Dick. Pour cela, elle admettait qu’elle avait un besoin absolu de Dick pour exister.

[amazon box= »2818704332,2253176729″]

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.