Voyage au bout de la nuit

26 décembre 2018

« Voyage au bout de la nuit » est le plus célèbre roman de l’écrivain français Louis-Ferdinand Céline. Ce livre de 625 pages est sorti en France en 1932 et a notamment remporté le prix Renaudot lors de cette année. L’auteur nous offre ici un roman initiatique qui raconte l’histoire de Ferdinand Bardamu, un jeune homme qui rencontrera toute l’atrocité et la misère du monde lors de la Grande Guerre et de l’entre-deux guerres.

Résumé du livre

Ferdinand Bardamu est un jeune rebelle qui, poussé par son héroïsme, s’engage dans la Grande Guerre pour s’opposer aux troupes allemandes. Mais arrivé au front, il se rend vite compte de la cruauté de la guerre et troque son héroïsme pour une certaine lâcheté. Il y fait également la rencontre de Robinson, un réserviste avec qui il sympathise. De retour à Paris pour soigner ses blessures de guerre, il se lie à Lola puis à Musyne, toutes deux des femmes assez modestes avec qui ses relations ne dureront pas.

Bardamu part ensuite en Afrique où il rencontrera une bestialité encore plus horrible. Il se rendra compte alors que cette exploitation de l’homme par l’homme est encore pire que la guerre. Il y remplacera son ancien frère d’arme Robinson en tant que gérant d’un comptoir commercial. Atteinte d’une grave maladie tropicale, il est ensuite évacué à bord d’un navire espagnol en direction des États-Unis.

Arrivé à New York, ville dont il a toujours rêvé, il est rapidement isolé à cause de sa maladie et vivra longtemps de cette solitude. En proie à une immense pauvreté, il trouvera à Detroit un travail dans l’usine Ford où il rencontrera une nouvelle forme d’enfer terrestre. La rencontre de Molly, une prostituée avec qui il entretiendra une relation assez intense, lui permettra de mieux survivre.

Mais le héros décide de rentrer en France pour devenir médecin dans la pauvre ville de Rancy. Il s’occupe des pauvres gens et découvre encore une fois la misère des hommes. Il recroise de nouveau Robinson qui ira ensuite s’exiler à Toulouse. Bardamu le rejoindra ensuite et devient même l’amant de Madelon, la fiancée de Robinson. Ils retourneront tous à Paris où le héros travaillera dans un hôpital psychiatrique et se liera à une infirmière du nom de Sophie. Robinson fini par être assassiné par Madelon qu’il a quitté auparavant. Bardamu finira alors l’histoire dans une grande solitude.

Une dénonciation des règles sociales

Dans ce livre Voyage au bout de la nuit, Louis-Ferdinand Céline dénonce directement dans un style propre à la littérature contemporaine – le langage parlé et argotique – l’absurdité des fondements de la société humaine. Étant lui-même un ancien soldat de la Grande Guerre, l’auteur démontre ici que les notions de patriotisme et d’héroïsme de la guerre ne sont que pour camoufler la barbarie de cette dernière. Céline évoque également le colonialisme, le capitalisme et la hiérarchie comme étant tous des exploitations des hommes par les hommes. De ce fait, tous les idéaux sociaux ne sont que des illusions, aussi bien la technologie et l’ordre que l’amour et la nation.

En conclusion, dans le roman Voyage au bout de la nuit, le voyage est assimilé à la vie et l’obscurité de la nuit dépeint l’absence d’objectif concret à ce voyage. De ce fait, l’homme s’invente des principes qui ne sont en réalité que pour se satisfaire au détriment de la prospérité des autres. le tout laissera le lecteur sans voix quant à la véracité de toutes ces analyses.

[amazon box= »2070110001,2070376923,2070393313,207073711X » grid= »4″]

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.